Atelier d’initiation à l’art du conte

Le conteur et ses interdits : travail sur la limite
avec Myriam Pellicane

Mardi 29 novembre – de 9h00 à 12h30

Débutants – tous niveaux

Tarif : 23 € / personne

Lieu : Centre Social de Pen ar Créac’h – 13 rue du Professeur Chrétien – 29200 BREST

Par la mise en mouvement du corps et la voix, ce stage propose un travail sur l’attention.
Une découverte de la voix dans tous ses états, pour se préparer à mettre en jeu des histoires et jouer à se surprendre avec le « abracadabra » de la parole en adresse directe, comme des enfants lucides, un jeu sans importance auquel on jouerait sérieusement.

Au travers de jeux, d’exercices et de mises en situation, Myriam Pellicane vous propose de lâcher prise pour se découvrir et s’entendre autrement.

Une façon amusante d’ouvrir la porte du conte, mais aussi de progresser dans son cheminement de conteur. Pas besoin d’être un expert, cet atelier est ouvert à tous !

À prévoir : venir avec des vêtements souples.

Programme non exhaustif donné à titre indicatif. Le contenu évoluera avec le groupe sur le moment.


À propos de Myriam Pellicane (compagnie Izidoria)

Petite, Myriam Pellicane est algérienne. Son terrain de jeu favori : les maisons bombardées, les ports engloutis, les cimetières, le Far-West du Hoggar, les Fantazias. Ses partenaires : une armée de gosses et toutes les bêtes sauvages. Adolescente, elle devient française. Son terrain de jeu favori : la ville, les lieux interdits, les Sex Pistols, la boxe thaïe, la scène. Ses partenaires : une bande de punks, quelques singuliers, des aristos, des goths, des magiciens de tous poils, des exclus. Aujourd’hui, Myriam Pellicane, au gré des rencontres, cherche ce qui pourrait s’appeler aujourd’hui le geste d’une conteuse. Goulue d’anthropologie sorcière et de mythes, performeuse de la parole, elle assemble dans son jeu danse et geste vocal, rites sauvages ou sacrés, dinguerie et maîtrise pour revisiter le conte merveilleux en mêlant l’humour décalé et le frisson du fantastique.

izidoria-hd4-small

La compagnie Izidoria c’est aussi des créations atypiques, des projets novateurs qui témoignent des émergences et des courants populaires. Izidoria est un collectif d’artistes pluridiciplinaires, des solitudes qui s’assemblent pour un projet commun : débusquer les mythes anciens contenus dans les cultures urbaines et les rêves secrets de la jeunesse, glaner la poésie, les sons, les manières, les gestes, les énergies, les vibrations, pour inventer des espaces de rencontre, transmettre, questionner, s’étonner.


Détails et inscriptions : 02 98 33 27 39 ou contact@adao.net

Accessibilité

L’un des objectifs du festival Grande Marée est d’être accessible au plus grand nombre et d’apporter un confort maximum pour tous au cours des spectacles. Ainsi vous trouverez ici les informations concernant les salles équipées de boucles magnétiques et les spectacles facilement accessibles en tramway.


Venir en tram

  • Michèle Nguyen – Vy // Vendredi 18 novembre – 20h30 – Mac Orlan
    Arrêt : Mac Orlan
  • Rachid Akbal – Ma mère l’Algérie // Samedi 19 novembre – 18h30 – MPT du Valy Hir
    Arrêt : Vali hir
  • Loïg Pujol – Les Oiseaux du Paradis // Dimanche 20 novembre – 18h30 – Musée de la Marine
    Arrêt : Château
  • Myriam Pellicane – Les kilos du moineau // Mercredi 23 novembre – 15h00 – CSC Horizons
    Arrêt : Europe
  • Myriam Pellicane & Didier Kowarsky – Une vieille Licorne // Jeudi 24 novembre – 18h30 – Médiathèque de l’Europe
    Arrêt : Europe
  • Hervé Thiry-Duval – Conteur de fées // Dimanche 27 novembre – 16h00 – CS de Pen Ar Créac’h
    Arrêt : Menez Paul ou Place de Strasbourg
  • Mike Burns – Ma tristesse sur la mer // Dimanche 27 novembre – 18h30 – Musée de la Marine
    Arrêt : Château
  • Fiona Macleod – Contes de la mer et d’Écosse // Mardi 29 novembre – 18h30 – Musée de la Marine
    Arrêt : Château
  • Myriam Pellicane – Vagabonde // Mercredi 30 novembre – 18h30 – Médiathèque de Saint-Martin
    Arrêt : Saint-Martin

Salles équipées de boucles magnétiques

  • Michèle Nguyen – Vy // Vendredi 18 novembre – 20h30
    Mac Orlan (Brest)
  • Lamine Diagne – Les aventures de Slim // Vendredi 25 novembre – 20h30
    Espace Roz Valan (Bohars)
  • Colette Migné – Ça crac crac dans le jardin // Vendredi 25 novembre – 20h30
    Espace Armorica (Plouguerneau)
  • Colette Migné – Elle est fatiguée Pioupiou // Samedi 26 novembre – 16h00
    Le Champ de Foire (Plabennec)
  • Adèle Zouane – À mes amours // Jeudi 1er décembre – 19h30
    La Maison du Théâtre (Brest)
  • Nadine Walsh – Femmes pirates ou crise de foi(e) // Jeudi 1er décembre – 20h30
    Le Family (Landerneau)
  • Adèle Zouane – À mes amours // Vendredi 2 décembre – 20h30
    La Maison du Théâtre (Brest)

Pour une meilleure lisibilité du programme

Télécharger ici le programme en gros caractères.

Où voir qui ?

Cliquez sur chaque nom pour accéder au calendrier correspondant.

Rachid Akbal

  • Samedi 19 novembre – 18H30 // MPT du Valy Hir (Brest)
  • Dimanche 20 novembre – 16H30 // CSC Jean Jacolot (Le Relecq-Kerhuon)
  • Mercredi 23 novembre – 15H30 // Médiathèque Awena (Guipavas)
  • Vendredi 25 novembre – 20H00 // CSC Les Amarres (Brest)

Hervé Thiry-Duval

  • Dimanche 20 novembre – 17H00 // Maison de l’enfance (Milizac)
  • Mercredi 23 novembre – 18H30 // Médiathèque de la Cavale Blanche (Brest)
  • Vendredi 25 novembre – 18H30 // Médiathèque de Lambézellec (Brest)
  • Samedi 26 novembre – 18H00 // Agora (Guilers)
  • Dimanche 27 novembre – 16H00 // CS de Pen Ar Créac’h (Brest)

Myriam Pellicane

  • Mercredi 23 novembre – 15H00 // CSC Horizons (Brest)
  • Jeudi 24 novembre – 18H30 // Médiathèque de l’Europe (Brest) – en duo avec Didier Kowarsky
  • Samedi 26 novembre – 17H00 // Centre Culturel François Mitterrand (Plouzané)
  • Dimanche 27 novembre – 11H00 // MPT du Guelmeur (Brest)
  • Mardi 29 novembre – 18H30 // Espace Keraudy (Plougonvelin)
  • Mercredi 30 novembre – 18H30 // Médiathèque Saint-Martin (Brest)

Mike Burns

  • Jeudi 24 novembre – 18H30 // Médiathèque des Quatre Moulins (Brest)
  • Vendredi 25 novembre – 20H30 // Médiathèque Anjela Duval (Plougastel-Daoulas)
  • Dimanche 27 novembre – 18H30 // Musée national de la Marine (Brest)

Lamine Diagne

  • Vendredi 25 novembre – 20H30 // Espace Roz Valan (Bohars)
  • Samedi 26 novembre – 11H00 // Médiathèque Le Vilaren (Lesneven)
  • Dimanche 27 novembre – 17H00 // ALSH Les petits meuniers (Gouesnou)
  • Mercredi 30 novembre – 15H00 // Maison de quartier de Lambézellec (Brest)

Colette Migné

  • Vendredi 25 novembre – 20H30 // Espace Armorica (Plouguerneau)
  • Samedi 26 novembre – 16H00 // Le Champs de Foire (Plabennec)
  • Dimanche 27 novembre – 17H00 // Médiathèque (Plouarzel)
  • Mardi 29 novembre – 18H45 // Médiathèque de Saint-Marc (Brest)

Et téléchargez ici le calendrier dans son intégralité.

Des femmes oui, et des pirates !

Anne Bonny et Mary Read

À 13 ans, Anne Cormac poignarde sa domestique et s’enfuit de chez son père, vêtue comme un garçon. Cinq ans plus tard on la retrouve écumant les tavernes et passant d’un marin à un autre avant d’épouser James Bonny, pirate de petite envergure, avec lequel elle part pour New Providence. C’est là qu’elle rencontre le capitaine Jack Rackham, dit Calicot Jack, célèbre pirate sous les ordres duquel elle s’enrôle. Anne deviendra sa maîtresse et, abordages après pillages, une redoutable pirate.

Mary Read, que sa mère habille en garçon depuis la mort de son grand frère Willy, s’engage dans la marine anglaise. Mais sur la route pour les Bahamas, le navire subit une attaque de pirates ; Mary Read s’enrôle à leur bord et c’est en pirate qu’elle débarque à New Providence. C’est sur cette île que se rencontrent les deux femmes ; très rapidement, Mary est engagée sur le navire du capitaine Rackham et entretient une relation privilégiée avec Anne Bonny.

Anne Bonny et Mary Read participent aux abordages et aux pillages comme tous les hommes, plus féroces et déterminées que beaucoup ; leur renommée les précède et elles se retrouvent dans la ligne de mire des forces navales anglaises. À leur tête, le capitaine Barnet a ordre de les capturer ; elles doivent être jugées pour actes de piraterie. En octobre 1720 la chasse prend fin, donnant une fois encore l’occasion aux deux femmes de se montrer aussi courageuses qu’impitoyables. L’équipage, saoul, ne montre pas de réelle résistance lors de l’arrestation et les deux femmes, écœurées de leur couardise, en tuent plusieurs et en blessent d’autres, dont le capitaine Rackham, avant de ferrailler seules contre les troupes pendant plus d’une heure, et de finalement rendre les armes.

Jugées en novembre et condamnées à mort, elles évitent la pendaison en prétendant être enceintes ; leur peine est alors commuée en emprisonnement à perpétuité. Mais quelques mois plus tard, en avril 1721, Mary Read meurt ; terrassée par la fièvre jaune d’après certains récits, d’une fausse couche pour d’autres. Ce qu’il advint d’Anne Bonny en revanche, reste flou. Elle fut graciée la veille de Noël et disparut ensuite de tous documents officiels jusqu’à sa mort en 1782. On dit que son père aurait payé une rançon et lui aurait donné la possibilité de recommencer sa vie grâce à un nouveau mariage. On dit aussi qu’elle serait partie rejoindre son premier mari, pirate devenu informateur pour la marine anglaise. Personne ne le sait. Mais ce qu’on dit aussi, c’est qu’avant de disparaître elle rendit une ultime visite au capitaine Calicot Jack Rackham dans sa cellule : « Je regrette de vous voir dans un tel état, mais si vous vous étiez battu comme un homme, vous n’auriez pas à mourir comme un chien. »


À voir : Femmes pirates ou crise de foi(e), de Nadine Walsh
Le jeudi 1er décembre au Family à Landerneau
Réservations : 02 98 85 76 00 – Tarif : 5 € – Ados, adultes, à partir de 14 ans


Une version plus complète de la vie d’Anne Bonny et Mary Read est disponible en téléchargement ici.

Ouverture du festival – vendredi 18 novembre

VY de Michèle Nguyen

Vy 1 Credit Daniel Estades

Molière du « Meilleur spectacle jeune public 2011 »

« Réécrivant mon enfance
je recouds mot à mot mes ailes
la lumière coule à nouveau dans mes veines. »

Vy, en vietnamien, désigne ce qui est minuscule. Michèle Nguyen nous conte ici l’histoire de Vy, une petite fille exilée loin du Viêt Nam. Timide et maladroite, elle rêve de devenir danseuse.

Michèle Nguyen ouvre grand le livre du passé et interprète, on ne peut plus librement, son enfance bercée par la féroce présence de sa grand-mère. Elle nous parle de sa maladresse, de son besoin de silence, de sa passion des mots, de son secret amour qui la mènera vers ses origines. Vers la paix aussi.

Une marionnette l’accompagne silencieusement dans ce voyage souterrain. Elle est tout autant la fragilité de l’enfance qu’un rien pourrait casser que le vieil enfant qui résiste en nous, tyrannise et tire les ficelles pour ne pas grandir.

« Un conte sur l’enfance à vous faire pousser des ‎ailes. »
(Françoise Sabatier-Morel – Télérama)

 Tout public – à partir de 9 ans / 1h10

Vendredi 18 novembre à 20h30 / Le Mac Orlan
Tarif : 8 € (5 € pour les moins de 12 ans)

Réservations : contact@adao.net / 02 98 33 27 39


Réservation en ligne

 


Pour les curieux, un extrait du spectacle :

Et même la rencontre avec la marionnette :

Un après-midi au château – Pommes, contes et cheminée…

Une allée d’arbres, puis deux. Une première porte ; la cour pavée. Un escalier, deux autres portes et voilà que le château se révèle à la douce chaleur d’un feu de cheminée… Pour cet après-midi dédié à l’imaginaire, voici deux spectacles spécialement sélectionnés pour entrer en résonance avec ce lieu magique. On souffle sur les braises et les histoires se réveillent…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cie mO3 – Pierre Jallot et Guillaume Handel

À chacun sa pomme…

a-chacun-sa-pomme-photo-mediatheque-delliant-35

Conte gestuel et jonglé / Flûte traversière et électronique

La marâtre de Blanche-Neige déguisée en vieille dame, s’apprête à rejoindre la maison des sept nains. Son panier est rempli de pommes… Mais que manigance-t-elle ? Un imprévu arrive, l’entraînant malgré elle à vivre un scénario qu’elle n’avait pas du tout imaginé…


Fiona Macleod

La forêt enchantée* Contes merveilleux

fiona_macleod

C’est au cœur des forêts que l’on découvre les châteaux des contes de fées, mais méfions-nous des apparences… Les arbres sont-ils vraiment nos alliés ? Qu’en est-il des monstres tapis dans leur tanière et qui surgissent sans crier gare ? Quand la nuit commence à tomber, quand l’hiver approche, quand le mois noir arrive, alors vient le moment d’emprunter le chemin des contes, d’oser les rencontres surnaturelles et d’explorer ces châteaux étranges dont les vieilles pierres recèlent bien des secrets.

Tout public • À partir de 7 ans

Samedi 19 novembre à 15h30 / Château de Kergroadez (Brélès)
Tarif : 4 € / 7 €
Réservations : 02 98 32 43 93
ou soisic@kergroadez.fr